Accueil U&A
Vision de la Terre Pure de l’Ouest :
La Mosquée Bleue à la lumière de la lune voilée
image3.gif
L’intarissable rapide, en amont de la rivière Oirase
Les cimes du mont sacré, Huangshan, dans la mer des nuages
Jeune fille aux fleurs de Shirakawa avec sa mère
Route vers Kitayama
Le Temple Hôryû-ji à l’aurore
Les murs blancs du château de Nijô
image4.gif
image5.gif
image9.jpg
Hirayama Ikuo en 1977

(Photo et documentation extraites de son livre «Une vie en peinture»,
© 1997 by Ikuo Hirayama, © 1999 by CandyHall pour l’édition française)

>>
Passant devant les ruines de Palmyre, le matin
Passant devant les ruines de Palmyre, la nuit

Survolez la zone pour stopper le défilement / Sortez de la zone pour continuer le défilement.

HIRAYAMA Ikuo en quelques dates
.
.
.
.
HIRAYAMA Ikuo est le plus célèbre artiste contemporain de Nihon-ga, la peinture traditionnelle japonaise. Ses travaux sur les routes de la soie et sur les monuments exceptionnels de l'Humanité l'ont fait connaître bien au-delà de ses frontières.

1930 Naissance sur Ikuchi-Jima, petite île de la Mer intérieure du Japon.

1945 Encore lycéen, il est enrôlé dans un dépôt de munitions à
Hiroshima, où il survit de justesse à l'explosion atomique.

1947 Il intègre l'école des Beaux-Arts de Tokyo, et étudie la peinture de genre Nihon-ga, dont il copie les maîtres classiques.

1953 Entre à l'Académie des Beaux-Arts du Japon grâce à l'une de ses premières œuvres personnelles s'attachant à dépeindre le quotidien et la beauté de son île natale.

1958 Développe un leucémie, conséquence de son irradiation à Hiroshima. Lorsqu'il a la force de peindre, il puise alors son inspitation dans des thèmes bouddhiques, marquant ainsi un tournant majeur dans sa carrière.

1962 Bénéficiaire d'une bourse de
l'Unesco, il quitte pour la première fois le Japon et visite l'Europe.

1963 De retour au japon, il devient enseignant. Parallèlement, il peint et expose ses œuvres.

1966 Membre du'une mission de son université, il visite la Turquie pour mener des recherches sur les ruines médiévales du Moyent-Orient et copier des peintures murales dans des monastères rupestres.

1967 Participe au projet de restauration des peintures murales de la salle principale du temple d'Hôryû-ji, à Nara.

1968 Voyage en Asie centrale soviétique, en Afghanistan et au Pakistan. Son intérêt pour les routes de la soie ne cessera alors de grandir et de s'affirmer.


1969... 1987

Poursuit sa carrière universitaire et ses voyages d'étude essentiellement au Moyen-orient, en Asie centrale, Asie du sud-est, Extrême-orient... Il expose ses œuvres dans le monde entier, publie des livres et reçoit des prix honorant sa carrière, son travail et son inlassable combat pour la défense des patrimoines culturels en danger, qu'il affiche au travers de ses créations, mais aussi de ses voyages, conférences, discours et contacts internationaux.


1988 Il organise une réunion pour la création d'une fondation pour le patrimoine mondial. Nommé premier Membre honoraire non Chinois de l'Institut de Recherches sur Dunhuang, en Chine, et désigné comme premier ambassadeur de bonne volonté japonais à l'Unesco.

1989 Nommé président de l'Université nationale des Beaux-Arts et de la Musique de Tokyo.

1991 Exposition à Paris "Hirayama sur la Route de la Soie" au Musée national des Arts asiatiques - Guimet, présentée ensuite à Washington, Pékin et Tokyo.

1995 Nommé conseiller exceptionnel à l'Unesco. A l'expiration de son mandat, quitte la présidence de son université.

1996 Nommé administrateur général de l'Institut Nihon Bijutsu-in ("Académie des Beaux-Arts du Japon").

1999 Elu membre correspondant de l'Institut de France, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

2003 Visite la Corée du Nord pour soutenir l'inscription des tombeaux du royaume de
Koguryô au Patrimoine culturel mondial de l'Unesco.

2004 Inaugure le Musée de la Route de la Soie d'Hirayama Ikuo, dans la ville de Nagasaka-chô (actuelle Hokuto-shi), préfecture de Yamanashi. Nommé administrateur général de la "Fondation pour la conservation des biens culturels et pour la subvention des recherches sur les Arts".

2005 Se retire de la présidence de l'Université nationale des Beaux-Arts et de la Musique de Tokyo, à laquelle il avait été réélu en 2001.


2006 Participe au "Forum des échanges culturels entre le Japon, la Chine et la Corée", organisé à Pékin.
.
.
.